La pollution à Cotonou

Comme vous l’aurez lu dans les précédents billets sur Cotonou, cette ville est la plus peuplée du Bénin et est le centre des affaires et du développement économique du Bénin d’où l’on lui a attribué le nom de Capitale économique du Bénin, Porto-Novo étant la capitale administrative.

L’un des problèmes majeurs de cette ville est la pollution que l’on lui reconnaît. Qu’est-ce qui pollue la ville de Cotonou et quels sont les comportements que doivent avoir les voyageurs pour se maintenir en pleine forme pendant leur voyage au Bénin ?

D’où vient la pollution à Cotonou

Étant la ville la plus peuplée du Bénin, Cotonou regorge la majorité des industries du pays. Pour exemple, nous pouvons citer la SOBEBRA (Société Béninoise de brasserie), la SONACOP, le Grand Moulin du Bénin (GMB) et autres.

L’ensemble des usines de transformation produisent tous les jours du CO2 en quantité illimitée. Ce taux de dioxyde de carbone dans la nature constitue une principale source de pollution dans la ville.

À cela s’ajoute le gaz d’échappement produit par les 10000 zémidjans, les usagers de moto qui ne cessent de rouler jour et nuit à la recherche du pain quotidien qui utilisent de l’essence frelatée communément appelée kpayo. Mais, il faut aussi souligner les voitures qui ne cessent d’utiliser le même carburant.

pollution a cotonou Gaz d'échappement

gaz d'échapement pont Peage de Cotonou

Nous pouvons aussi citer les eaux jetées par les ménages dans les rues, les déchets laissés par les riverains aux abords des plages qui constituent une grosse source de pollution dans la ville de Cotonou.

pollution à cotonou ordure ménagère

pollution a cotonou ville polluée

Quelques mesures prises par les autorités béninoises

Pour pallier ce problème de pollution atmosphérique de la ville de Cotonou, les autorités béninoises ont utilisé quelques solutions savoir :

1- L’utilisation par les usagers des motos à 4 temps et élimination des motos à 2 temps

Ces genres de motos ne consomment pas le mélange d’essences avec de l’huile à moteur et sont donc moins polluants. Pour y arriver les autorités ont baissé le prix du tarif douanier pour les motos à 4 temps à un montant sensiblement égal à 28 euros, et ont fait monter le prix du tarif douanier pour les autres motos à un montant près de 300 euros.

C’est cette politique qui justifie la baisse de gaz d’échappement dans la ville de Cotonou mais cela ne supprime pas totalement du problème.

2- la suppression de la vente de l’essence frelatée (kpayo)

Cette suppression devrait permettre une élimination importante des gaz dans la ville mais engendre un autre problème assez important : les files d’attente dans les stations-service. Pour aller au boulot à 8 heures du matin, il faut aller à la station à 6 heures et parfois ne même pas être servi. Ce qui devient un problème sérieux qui ne permet pas aux autorités de maintenir la pression pour arriver à supprimer la vente du mauvais carburant frelaté.

À l’avenir

À l’avenir, des bus desserviront presque tous les quartiers de Cotonou… mais il y a fort à parier que le trafic automobile et à moto sera encore très important: les bus ne circulent pas la nuit, ne circuleront pas forcément partout, la voiture et la moto restent des objets de prestige, et puis… la population ne cesse d’augmenter. Bref, entre l’augmentation de la population et de la croissance économique, ce sera dur de faire quelque chose.

Le gouvernement Béninois a bien promis d’augmenter son taux d’efficacité énergétique de 40% entre 2005 et 2020 (traduit en clair, pour produire l’équivalent de 100€ en 2020, il faudra utiliser 40% d’énergie en moins qu’en 2005), dans la continuité des progrès déjà établis. Mais si l’on prend un taux de croissance moyen de 5% par an sur la période, le PIB fera plus que doubler sur la période… et malgré l’efficacité énergétique accrue, la pollution elle… doublera d’ici 2020 par rapport à 2005…

Outre ses solutions, des mouvements de jeunes Béninois se créent pour assurer le ramassage des ordures existant dans les rues qui seront transformées en composte utile pour la production agricole.

Pour finir dans mon envie de préserver l’écologie et de lutter contre la destruction de la couche d’ozone je suis tombé sur un blog très intéressant. Il s’agit du blog éco malin qui propose des solutions pour résoudre des problèmes écologiques.

Mais pour le voyageur au Bénin voici quelques conseils pour maintenir sa santé en bon état malgré la pollution :

1- Contrôler son alimentation

Notre alimentation est la chose la plus importante de la vie. La qualité de ce que nous mangeons justifie de notre état de santé. Le voyageur doit alors s’assurer de manger dans des endroits saints et des aliments qu’il juge propre et préparer dans des conditions écologiques. Pour y arriver, ne pas manger dans tous les coins de rue sous peine de contracter certaines maladies dues à l’hygiène des repas consommés.

2- Protéger sa respiration dans les rues de Cotonou

Ici des masques antipollution peuvent jouer le tour. L’antipollution peut filtrer un tant soit peu l’aire que vous inspirez pendant vos déplacements dans la ville de Cotonou et ailleurs.

Ici prend fin cet article, merci de votre visite sur voyage-au-benin.com

Avez-vous aimé cet article?
Téléchargez les villes les plus séduisantes du Bénin

2 comments on “La pollution à Cotonou”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Lire les articles précédents :
Quelques Heures Dans la Ville Historique D’Abomey

Sur ce blog, mon envie est de regrouper tout le Bénin en image et en texte. Je parle donc du...

Fermer